Le calvaire d’une Portelaise suite à une piqûre d’araignée violoniste

L’araignée violoniste est également appelée loxosceles reclusa ou encore recluse brune
Cette araignée mesure environ un centimètre à un centimètre et demi sans les pattes. Le venin qu’elle diffuse pendant la morsure provoque une nécrose des tissus sur une surface qui peut aller jusqu’à dix centimètres.
Elle se nourrit d’insectes, et son agressivité envers l’homme est généralement accidentelle (lorsqu’elle se cache dans des chaussures, chaussettes, pantalons etc.).

Une personne de 60 ans habitant à Portel-des-Corbières a vécu l’enfer du fait de la morsure de cette araignée.
Suite à une piqure fin octobre, elle a passé sept jours à l’hôpital et a frôlé la septicémie. Aujourd’hui, elle se porte mieux mais se trouve toujours en arrêt maladie. Au niveau d’un de ses mollets, sa peau est nécrosée sur une surface équivalente à celle d’une pièce de cinquante centimes.

Au printemps dernier, trois femmes du Sud de la France, dont deux du Gard et de l’Hérault, avaient été piquées par cette même recluse brune. Elles avaient en revanche dû subir une opération. D’autres cas ont été signalés dans les Corbières maritimes ces dernières semaines.

Toutefois, pour cette habitante de Portel-des-Corbières, «il ne faut pas prendre peur et s’en prendre à toutes les araignées». «Elle mesure 1 cm ou 1,5 cm et se cache souvent dans le linge. Il faut simplement se montrer vigilant. Et ne pas toutes les tuer!»